0

 

Catégorie : Littérature

Sujet : Les livres interdits, les plus scandaleux, polémiques, subversifs et controversés de l’histoire de la littérature.

Analyse Critique :

Aujourd’hui, c’est un article un peu particulier car il s’agit d’aborder la littérature. Plus précisément, je vous propose une petite synthèse des écrits qui ont fait le plus de vague dans l’histoire de la littérature. J’avais déjà réalisé cet exercice concernant les films. Or, ici on est dans un registre beaucoup plus riche, car des milliards de livres ont été édité, et surtout : écrire un livre coûte moins cher qu’un film et permet de s’exprimer plus librement et par la même de froisser pas mal de gens. Etant donné la densité de la littérature, je serais assez sélectif car on pourrait remonter à la Bible et au Coran qui sont aujourd’hui encore subversifs voire censurés. Je me baserai essentiellement sur la littérature française mais pas que. Ensuite, je citerai des bouquins qui se situent plus de la fin du XIXème siècle à la période actuelle. Je prendrai donc essentiellement des livres qui ont fait scandale à l’époque et continuent d’être controversés voire interdits au jour d’aujourd’hui. Pas vraiment question d’aborder Les Fleurs du Mal qui ne fait plus du tout polémique et est même lu dans les écoles. Seules les œuvres qui continuent à déchaîner les passions.

Vos commentaires sont par ailleurs les bienvenus pour venir enrichir cette sélection.

 

Les Cents Vingt Journées de Sodome (1785)

1

Du Marquis de Sade

Les Cents Vingt Journées de Sodome est le premier écrit du sulfureux Marquis de Sade. Si le livre fut rédigé en 1785, il ne fut édité qu’en 1931. De son vivant le « Divin Marquis » ne connut donc jamais son œuvre publiée. Malgré toutes ces années, Les Cents Vingt Journées de Sodome de par sa crudité, sa pornographie et sa violence hallucinante d’une perversité inhumaine, sera fortement controversée. Aujourd’hui encore, ce n’est pas le genre d’œuvre à citer. Malgré tout, la polémique s’est tout de même un peu estompée et le livre a été édité par plusieurs maisons.

 

 

 

 

Sur la Question Juive (1843)

2

De Karl Marx

Karl Marx, fut en son temps controversé. Grand pourfendeur des religions et du capitalisme, il est aujourd’hui unanimement salué par l’intelligentsia pour son œuvre. Il y’a pourtant un écrit qui ne passe pas à la postérité, Sur la Question Juive rédigé en 1843. Ici Marx, qui est né de confession juive, critique des écrits sur les juifs et notamment le livre La Question Juive de Bruno Bauer. Pourtant l’auteur anarchiste, sous son anti religiosité, s’en prend également à la communauté juive qu’il lie à la bourgeoisie et au capital. Depuis, ce texte de Marx a été édité en livre et qualifié comme « l’un des ouvrages les plus antisémites du XIXème siècle ». 

 

 

 

 

La France Juive (1886)

3

D’Edouard Drumont

Livre culte et même classique de la littérature. La France Juive du très polémique et politique Edouard Drumont est un véritable pamphlet antijuif soutenant la thèse du complot juif et du lien entre cette communauté et l’ultralibéralisme de la France de l’époque qui ruinait le peuple. Si le livre est considéré de nos jours comme infréquentable, il n’en fut par toujours ainsi. En effet, à sa sortie à la fin du XIXème siècle, il devient l’un des plus gros succès de la littérature française. Léon Poliakov le qualifie même de « Best-seller ». Il sera d’ailleurs souvent imité, donnant naissance à La Russie Juive, L’Algérie Juive, L’Autriche Juive ou encore L’Angleterre juive. En 2012 les éditions Kontre Kulture ont réédité le livre, mais la LICRA l’a fait retirer de la circulation.   

 

 

Le Juif International (1920)

4

D’Henry Ford

Ligne opposée de celle de Marx, Ford jouit pourtant lui aussi d’une grande tribune et est considéré comme le plus grand capitaliste de tous les temps si ce n’est son maître à penser. Pourtant il y’a un point où ils se retrouvent plus ou moins avec Marx, c’est celui de la question juive. Dans son livre, Le Juif international, Ford désigne la communauté juive comme le plus grand danger pour la société, l’accusant notamment d’être responsable de la première guerre mondiale et de ravager l’économie d’un pays à son profit. Il dénonce également le sionisme. Suite à ces écrits, les foudres s’abattront sur Ford qui sera contraint de faire son mea culpa. Le livre ne fut pas traduit en français à l’époque. Ce n’est qu’au début de ce XXIème siècle, que certaines maisons d’éditions l’ont traduit et édité. Mais la LICRA le fit à nouveau retirer de la circulation.   

 

 

Manifeste pour Briser les chaînes de l’usure (1919)

5

De Gottfried Feder

Ce livre dont on parle assez peu est l’un des plus intéressants et pertinent écrit sur l’économie tant il est prophétique. Ici Gottfried Feder, avertit l’Allemagne, l’Europe et même le monde des dangers d’hyperinflation occasionnés par la mécanique de « l’argent-dette ». Dés 1923, l’effondrement du mark en Allemagne lui donne raison et la crise de 1929 à l’origine de la Grande dépression confirme une fois pour toute la théorie de Feder sur la perversité de ce système basé sur l’usure. Aujourd’hui encore, Manifeste pour briser les chaînes de l’Usure reste plus que jamais d’actualité, quand on voit à quel point le système de la dette détruit l’économie mondiale. Cela suffit déjà à rendre ce livre subversif. Mais ce qui le rend pour beaucoup infréquentable, c’est que Feder était aussi un militant allemand qui en janvier 1919 participa à la fondation du Parti des ouvriers allemands qui en grandissant aller devenir le parti nazi. Hitler affirmera lui-même s’être inspiré du livre de Feder pour sa politique (ça se confirme d’ailleurs). Mais le livre influença également des militants de la gauche socialiste  comme par exemple Francis Delaisi.

 

 

Mein Kampf (1925)

6

D’Adolf Hitler

On ne présente plus ce livre hautement subversif qu’est Mein Kampf. On y trouve une grande partie de la doctrine d’Adolf Hitler. Celui-ci raconte notamment son autobiographie, son expérience personnelle et expose son point de vue sur la situation allemande de l’époque : L’économie, le social, la politique, la question juive, le patriotisme…

L’ouvrage fut par ailleurs un succès. Il ne fut jamais réellement interdit, bien qu’on eu pas le droit de le rééditer dans certains pays pendant longtemps. En 2015 les droits sont tombés sous le domaine public et un débat a éclaté quant à sa réédition. Au final Mein Kampf sera abondamment réédité et deviendra même le deuxième essai le plus vendu en Allemagne.

 

 

Tintin au Congo (1931)

7

D’Hergé

Qui aurait cru que cette  petite bande dessinée enfantine allait provoquer un tel tôlé ? Si à sa sortie Tintin au Congo ne fit aucune vagues, avec l’évolution des mentalités il passa à la trappe. Jugé raciste et apologiste du colonialisme, il fut pourtant réédité au Congo dans les années 70 par le président Mobutu. Au début du XXIème siècle cependant, les débats reprirent et plusieurs associations « antiracistes » demandèrent son interdiction et son retrait des rayons. Au final, l’album sera simplement déplacé au rayonnage BD pour adultes. Aujourd’hui encore, Tintin au Congo suscite beaucoup de polémiques.  

 

 

Bagatelles pour un Massacre (1937)

8

De Louis Ferdinand Céline

Le livre subversif de la littérature française par excellence. Bagatelles pour un Massacre est le second pamphlet du génial Céline et le premier où il fait part de son antisémitisme acharné. C’est par ailleurs ce dernier point qui fit scandale et qui vaut aujourd’hui au livre d’être considéré comme infréquentable. Pourtant, Céline ne parle pas que des juifs dans son œuvre et s’attaque à tous les éléments de la société moderne. Aujourd’hui, il reste un livre rare, ce qui pousse certains à penser qu’il est interdit en France. En réalité le livre ne fut pas réédité selon la volonté de Céline et de sa veuve.    

 

 

 

Le Mensonge d’Ulysse (1950)

9

De Paul Rassinier

Ancien résistant communiste et surtout ancien déporté des camps de concentrations nazis, Paul Rassinier raconte son expérience. Mais surtout il en donne une autre vision qui diffère de la thèse officielle. Il décrit comme plus dangereux que les SS  certains déportés délégués pour représenter les autres et pour répartir les ressources. Selon Rassinier, ces gens là profitèrent au final beaucoup de la situation et sont responsables du plus grand nombre de morts dans les camps. Mais surtout, l’auteur fait part de ses doutes concernant l’existence de chambres à gaz homicides dans les camps nazis. Le livre fut controversé et traîné en justice. Il est considéré comme l’un des ouvrages fondateurs du mouvement révisionniste

 

 

La Controverse de Sion (1956)

10

De Douglas Reed

Dans ce livre, Douglas Reed revient sur la question juive et surtout sur l’histoire du judaïsme et sur l’évolution de cette communauté au fil des siècles. Il en vient à parler de ce qu’il baptise « la controverse de Sion ». A savoir l’opposition entre les juifs de « la Maison de Joseph » qui prônent l’amour de leurs prochains quelque soit leurs religions, ainsi que la fraternité universelle ; avec les juifs « lévites » qui vénèrent un dieu vengeur et cruel et agissent en tant que « peuple élu » contre les Gentils. Pour Douglas Reed, ce second courant est à l’origine de la révolution bolchevique en Russie et de la création de l’Etat d’Israël. Il dénonce alors un groupe de « Lévites » agissant comme une communauté organisée contre le reste du monde. Si le livre fut écrit en 1956, il ne sera publié en 1978 soit deux ans après la mort de Douglas Reed qui préféra éviter le scandale de son vivant.    

 

Hitler pour mille ans (1969)

11

De Léon Degrelle

Rédigé par le légendaire et sulfureux Léon Degrelle alors exilé en Espagne, Hitler pour mille ans fait partie des multiples ouvrages interdits de l’ancien militant nationaliste belge et Volksführer. Dans ce livre, Degrelle raconte de son point de vue la période historique qui a marquée le vingtième siècle. De l’ascension du nazisme jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale. Degrelle fait part de son expérience personnelle pendant cette période, de ses faits d’armes et de sa relation avec le Führer. L’auteur fait également l’apologie du régime nazi.     

 

 

Wall Street et la Révolution Bolchevique (1974)

12

D’Anthony Sutton

L’historien et économiste Anthony Sutton nous offre ici une autre vision de la révolution bolchevique. Loin de la théorie d’un soulèvement populaire, Sutton affirme que cette révolte fut une opération pilotée et financée par les banquiers de Wall Street. L’auteur s’appuie par ailleurs sur un très grand nombre de sources et de documents d’époque qui démontrent bien les liens entre Wall Street et la Révolution Bolchevique. Des faits, des archives de Wall Street et des évènements soutiennent cette théorie.

 

 

 

 

Wall Street et Franklin Delano Roosevelt (1975)

13

D’Anthony Sutton

Second volet de la saga sur Wall Street, Sutton s’intéresse ici de l’arrivée au pouvoir de Roosevelt. Là encore, il démontre comment le président des Etats Unis fut amené au pouvoir et soutenu pendant son activité de dirigeant par les banques de Wall Street qui voyaient en lui le fer de lance de la haute finance et du néo-libéralisme. En témoignent notamment le New Deal et les lois promulguées à partir de 1933. Là encore l’auteur appuie sa thèse par des documents officiels.

 

 

 

 

Wall Street et l’Ascension d’Hitler (1976)

14

D’Anthony Sutton

Dernier volet de la saga Wall Street et aussi le plus subversif. En effet, ici Sutton démontre les liens entre Wall Street et l’Allemagne Nazie. Notamment comment les banquiers de Wall Street amenèrent Hitler au pouvoir en finançant sa campagne et son partie. Mais Sutton démontre également comment Wall Street pourrait être à l’origine de la seconde guerre mondiale et en avoir tiré profit. Là encore, l’auteur cite abondamment de sources et met en lien des tas de documents. 

 

 

 

 

Vérité Historique ou Vérité Politique (1979)

15

De Serge Thion

L’auteur revient ici sur le scandale provoqué par l’Affaire Faurisson. Il s’intéresse donc à cet homme qui affirme que les chambres à gaz homicides des camps nazis sont un mythe. Thion analyse d’abord comment les médias ont repris l’affaire pour en faire la polémique numéro 1. Il analyse ensuite les propos des anti-Faurisson et appelle à un débat considérant les arguments de Faurisson comme sérieux et légitimes. Le livre va donc sur le terrain interdit du révisionnisme. Il reste de ce fait aujourd’hui interdit en France en vertu de la Loi Gayssot.

 

 

 

 

Mémoire en Défense (1980)

16

De Robert Faurisson

Celui qui est considéré comme « la pape du révisionnisme » rédige ce livre qui vient compléter sa vidéo « Le Problème des Chambres à Gaz ». Cet ouvrage se veut également une réponse au bouquin de l’historien Georges Wellers Les Chambres à Gaz ont existé (qui était déjà une réponse aux thèses du professeur Faurisson). L’auteur étaye donc sa théorie avec des photos, des témoignages et des documents d’archives. Bien que la loi Gayssot n’était pas encore en place à l’époque, le livre fut interdit.

 

 

 

 

Le Livre Vert (1981)

17

De Mouammar Al-Kadhafi

Ecrit en 1975 puis complété en 1977 et en 1981, Le Livre Vert écrit par Mouammar Al-Kadhafi, fait part de la philosophie et de la vision politique du dirigeant libyen. Il y critique notamment les démocraties occidentales et pose le fondement des idéologies dites de troisième voie. Evoquant la politique mondiale, le nationalisme, la tradition, le social et plusieurs autres points essentiels d’une société, Mouammar Al-Kadhafi rédige là une sorte de livre testament qui permet de comprendre sa mort ainsi que la chute de la Libye actuelle et surtout toutes les actions militaires menées au Moyen-Orient depuis longtemps.     

 

 

 

Suicide, Mode d’Emploi (1982)

18

De Claude Guillon

Censuré en France, ce livre de Claude Guillon, est en fait un recueil qui expose diverses manières de se donner la mort. Tous les moyens sont évoqués des plus radicaux au plus atroces. Neuf ans après sa parution, le livre fut interdit en France. Guillon dans le futur livrera également des écrits en faveur de la légalisation de la pédophilie.

 

 

 

 

 

 

Les Annales révisionnistes (1987-1990)

19

De Pierre Guillaume, Robert Faurisson, Carlo Mattogno, Serge Thion, Henri Roques, Paul Rassinier…

Les Annales révisionnistes, publiées en huit ouvrages entre 1987 et 1990 restent « la bible du révisionnisme ». Contenant des textes de révisionnistes célèbres comme Robert Faurisson, Henri Roques, Carlo Mattogno, Pierre Guillaume et Serge Thion pour ne citer que ceux-là. Les thèses interdites et controversés sur la négation de l’existence des chambres à gaz nazies sont ici exprimées. Le « best-of » du révisionnisme en quelque sorte. Probablement les livres les plus polémiques au monde. Inutile de préciser que ces huit ouvrages sont formellement interdits et quasiment introuvables.

 

 

 

 

Le Complot de la Réserve Fédérale (1995)

20

D’Anthony Sutton

Anthony Sutton s’attaque une nouvelle fois à Wall Street et remonte en 1913 lorsque le président Wilson fit voter cette loi pour la création de la Réserve Fédérale américaine. Depuis, toutes ces années Sutton tire un constat et démontre comment cette loi fut voulue par Wall Street pour déposséder le peuple américain de ce qui est l’essence même de son économie. Une dictature de la finance se mettait alors en place. Une fois de plus, l’auteur s’attache aux documents d’archives et aux sources pour étayer sa thèse. Par la suite, Sutton perdra son travail à l’université et sera interdit d’accès aux archives américaines.

 

 

Les Mythes Fondateurs de la Politique Israélienne (1998)

21

De Roger Garaudy

 Ancien combattant et résistant pendant la seconde guerre mondiale, le militant communiste Roger Garaudy était une figure infiniment respecté en France. Membre du PC, il était également ami de l’Abbé Pierre et rédigea des ouvrages faisant autorité sur le marxisme et le communisme. Mais ce militant respecté passe au statut d’ennemi public numéro 1 en écrivant Les Mythes Fondateurs de la Politique Israélienne en 1998. Il y dénonce le sionisme, idéologie fondatrice de l’Etat d’Israël comme contraire au judaïsme et héritière du colonialisme européen. Il dénonce également l’existence d’un lobby sioniste en Europe. Mais surtout Garaudy décrit la Shoah comme un mythe utilisé tel une religion d’état par Israël. Suite à ce livre, il sera condamné pour « contestation de crimes contre l’humanité » et « incitation à la haine raciale ». Lorsque l’Abbé Pierre prit sa défense, il fut exclu de SOS Racisme.   

 

 

No Logo (2000)

22

De Naomi Klein

Sous titré « La Tyrannie des marques » et écrit par la reporter Naomi Klein. No Logo rend compte de notre société consumériste subissant l’emprise des marques. L’auteur démontre à quel point ces marques mènent une politique d’intrusion dans nos vies privées pour nous rendre dépendants. Mais No Logo s’attache surtout à dénoncer les pratiques scandaleuses de ces marques qui exploitent des pays du Tiers-monde et violent tous les codes de l’éthique et de la morale pour finaliser leurs productions, usant de méthodes sans scrupules. Naomi Klein appelle ici à la résistance et au boycott des marques. Le livre déchaîna les débats à l’époque et rencontra un grand succès. 

 

 

 

Tintin mon Copain (2000)

23

De Léon Degrelle

Rédigé au début des années 90 par Léon Degrelle lui-même, Tintin Mon Copain se lit comme une autobiographie du personnage en parallèle avec sa relation avec Hergé dont il était l’ami. Plus que cela, ici Degrelle expose une théorie déjà élaboré depuis longtemps (notamment par Oliver Mathieu) d’un lien entre lui-même et le personnage de Tintin crée par Hergé. Degrelle appuie le tout par des arguments et des documents d’époque qui lui servent également à raconter sa vie et à donner un autre point de vue de cette période historique qui va des années 30 jusqu’à la fin de seconde guerre mondiale. Comme toutes les œuvres de Degrelle, le Livre sera interdit. Sur les 1000 exemplaires publiés, 850 seront saisis et détruits.  Ce qui fait de Tintin mon Copain une œuvre rare et aussi l’une des plus polémiques qui soit.   

 

 

L’Industrie de l’Holocauste (2000)

24

De Norman Finkelstein

Professeur juif américain, fils de déportés, Norman Finkelstein n’en reste pas moins quelqu’un de sulfureux. En 2000, il fait scandale avec son ouvrage L’Industrie de l’Holocauste qui pousse très loin la voie qu’avait entrouverte Peter Novick. Ici Finkelstein dénonce la récupération et l’exploitation de la mémoire de l’Holocauste à des fins financières et politiques. Il prend notamment pour exemple l’affaire des banques suisses à la fin des années 90, ainsi que les différents musées de l’holocauste, décrivant un vrai business. Mais Finkelstein évoque aussi l’aspect politique et moral en dénonçant le deux poids de mesures au niveau du traitement des souffrances de l’histoire. Il dénonce également l’utilisation de l’holocauste nazi comme religion d’état par la politique meurtrière d’Israël. A sa sortie, le livre fera scandale et compromettra la carrière de Finkelstein dans les milieux universitaires.

 

 

L’Effroyable Imposture (2002)

25

De Thierry Meyssan

Alors qu’en 2002 le choc des attentats du 11 septembre ne s’est pas encore atténué, le journaliste Thierry Meyssan frappe très fort avec son livre L’Effroyable Imposture qui remet en cause la version officielle des évènements du 11 septembre attribuant les attentats à un complot militaro-industriel américain. Meyssan s’appuie sur des photos et des documents officiels pour étayer sa thèse. Ne se contentant pas de remettre en cause la version officielle, il démontre aussi à quel point les attentats du 11 septembre ont été bénéfiques à la politique étrangère américaine pour ses « croisades » au Moyen Orient. Le livre de Thierry Meyssan obtiendra une renommée mondiale et sera cité par plusieurs hommes politiques haut placés à l’échelle internationale. Il sera aussi vivement controversé par la presse. Si bien que des années plus tard Thierry Meyssan rédigera Le Pentagate, un livre de réponse à ses détracteurs.              

 

 

Deux Siècles Ensemble (2002)

 

25,5

26

D’Alexandre Soljenitsyne

Le grand Alexandre Soljénitsyne, prix nobel de littérature, écrivain russe et dissident soviétique qui passa notamment par les goulags staliniens. Il est une figure respecté des intellectuels d’Europe. Pourtant lorsqu’en 2002, sortit Deux Siècles ensemble, son œuvre de 1200 pages publiée en deux tomes, étrangement, le silence se fit autour de cet ouvrage, contrairement aux précédents de Soljenitsyne. Ni la presse, ni les milieux littéraires n’évoquèrent cette œuvre, c’était comme si elle n’avait jamais existée. En réalité, dans Deux Siècles Ensemble, Soljenitsyne aborde les relations entre le peuple russe et la communauté juive. Il démontre notamment comment un groupe de militants juifs russes ont joué un rôle crucial dans la politique bolchevique responsable de plus de 20 millions de morts. En effet, Soljenitsyne nous apprend que plus de 50% des organes officiels du gouvernement étaient composé par des juifs. L’auteur cite ses sources et même des noms. Mais le sujet est évidemment tabou. Le silence se fera donc dans un premier temps, puis Soljenitsyne sera accusé d’antisémitisme. Des années plus tard, le journaliste juif israélien Sever Plocker subirait lui aussi un sort similaire à celui de Soljénitsyne pour avoir abordé cet état de fait, sans que sa judéité puisse le protéger.

 

Vers la Féminisation (2002)

 

27

D’Alain Soral

« La femme est l’avenir de l’homme » prétendait le stalinien Jean Ferrat qui finit paradoxalement homosexuel. Pour Alain Soral, ce n’est là que le slogan d’un nouvel ordre mondial destiné à féminiser la société afin de la dépolitiser et de la déviriliser. Un système qui remet en cause l’ordre masculin et le rôle qu’il est censé jouer dans la société. Se cachant derrière des principes égalitaires, la féminisation tend en fait à nier la complémentarité entre les deux sexes. Alain Soral évoque là une manipulation qui touche selon lui aussi bien les hommes que les femmes. Vers la féminisation aura beaucoup d’influence et inspirera notamment Eric Zemmour pour son livre Le Premier Sexe.

 

 

 

Les Espérances Planétariennes (2005)

 

28

D’Hervé Ryssen

Le Monde est rempli de divers canaux et médias. Entre la presse, le cinéma, les politiques, les philosophes, les prophètes, les historiens, les financiers, les sociologues, les artistes. Hervé Ryssen démontre ici comment tous ces acteurs de la société vont en fait vers une idéologie mondialiste, multiculturaliste et cosmopolite. Un monde sans frontières, sans culture, composé d’une seule unité où la tradition et les valeurs ancestrales ont disparu pour laisser place à un univers vide de sens et matérialiste. Hervé Ryssen démontre que cette vision du monde trouve ses origines dans le messianisme. Ainsi, du marxisme au libéralisme, sont partagées les mêmes « espérances planétariennes ». Le seul livre à aborder avec autant de rigueur les origines religieuses de la mondialisation.   

 

         

Le Monde contre Soi (2007)

 

29

De Paul Eric Blanrue

Construit comme un dictionnaire, ce livre est un recueil anthologique de propos tenus contre les juifs, le judaïsme et le sionisme, en politique, en littérature, dans l’art, dans la science… Faisant part aussi bien des propos des antisémites notoires que de ceux qui laissèrent planer le doute, Le Monde contre Soi permet de comprendre que l’antisémitisme remonte à l’origine même de la communauté juive. Il permet ainsi de comprendre comment a évolué ce courant de pensée au fil des âges. Pourtant, la LICRA ne verra pas les choses sous cet angle là et elle fera interdire le livre de Blanrue. Mais des années plus tard, l’auteur et les éditeurs entameront de nouveaux recours et finiront par obtenir gain de cause. Le Monde Contre Soi sera réédité en France.  

 

 

 

Un Paradoxe Français (2008)

 

30

De Simon Epstein

Sous titré « Antiracistes dans la collaboration, antisémites dans la résistance ». Avec ce livre, Simon Epstein, considéré comme un spécialiste de l’antisémitisme, s’intéresse à la période de l’occupation en France mais aussi à celle qui la précède dans les années 30. Il étudie alors l’évolution de certains acteurs et facteurs et démontre que ceux qui militèrent pour la gauche, contre le racisme et l’antisémitisme s’engagèrent paradoxalement du côté de la collaboration pendant la guerre, alors que la résistance fut formée par des groupes d’extrêmes droite qui avaient auparavant montré des sentiments hostiles à l’égard des juifs. Ce phénomène paradoxal, Simon Epstein l’analyse et démontre en quoi il trouve sa logique en tenant compte du contexte et des événements. Une analyse à contre courant riche et remarquable.   

 

 

La Mafia Juive (2008)

 

31

D’Hervé Ryssen

Quand on évoque la Mafia, on pense automatiquement à la mafia italienne ou la mafia russe qui fut au cœur des médias, des romans et des œuvres hollywoodiennes. Pourtant Hervé Ryssen affirme qu’il existe une mafia bien plus dangereuse qui est la plus puissante du monde et qui trouve ses racines dans la communauté israélite. Trafic d’organes, proxénétisme, extorsion, meurtres… tout y passe. Hervé Ryssen se base ici sur des faits criminels précis et des preuves pour étayer sa thèse. Si bien que les attaques judicaires de la LICRA et de d’autres associations contre le livre jugé « antisémite », se solderont par des échecs au vu du fait que tous les évènements mentionnés dans le bouquin sont clairement reconnus et établis. Les associations cherchèrent alors à attaquer l’ouvrage sur sa couverture et son titre jugés « antisémites ». Or l’accusation ne fut pas retenue, car souligner la judéité de certains gangsters revient au même que souligner la nationalité italienne ou russe, de certains autres criminels.

 

 

La Stratégie du Choc (2008)

 

32

De Naomi Klein

Avec ce nouveau livre, Naomi Klein s’attache à dénoncer ce qu’elle baptise « le capitalisme du désastre » qui exploite toutes crises politiques, catastrophes naturelle, désastres financiers ou même terrorisme international pour mettre en place un ultralibéralisme dévastateur. L’auteur s’appuie sur plusieurs cas : du coup d’état de Pinochet à la guerre en Irak, en passant par l’effondrement de l’URSS et les attentats du 11 septembre. Naomi Klein évoque cette stratégie du choc mise au point par la CIA et reprise aujourd’hui par le néo-libéralisme. Malgré les controverses, le livre sera un énorme succès et donnera même naissance à un documentaire.

 

 

 

Mein Kampf Manga (2009)

 

32,5

D’Adolf Hitler

Il n’y a que les japonais pour faire ça ! En effet en 2009 nos amis nippons et plus précisément la collection « Manga de Dokuha » décide d’adapter en manga le Mein Kampf d’Adolf Hitler. Ces éditions avaient d’ailleurs déjà adapté Le Capital de Karl Marx et Guerre et Paix de Tolstoï. A sa sortie, Mein Kampf Manga rencontra un énorme succès. Mais Nissim Ben-Shetrit ambassadeur israélien au japon demanda le retrait du livre de la circulation. Cependant ce dernier s’était déjà vendu à 45 000 exemplaires et était en rupture de stock. Pour éviter la polémique la maison d’édition ne rééditera pas le livre et livrera une adaptation manga de la Torah. Aujourd’hui Mein Kampf Manga est devenu un livre culte.  

 

 

Comprendre l’Empire (2011)

 

33

D’Alain Soral

Rédigé par le sulfureux Alain Soral, Comprendre l’Empire reste sans aucun doute son livre le plus culte, le plus complet et également le plus polémique. Ici l’auteur remonte à la révolution française de 1789 et démontre comment, une oligarchie représentée par la banque, la bourgeoisie et l’idéologie des Lumières a pris le pouvoir en France et en Europe pour imposer sa vision d’un monde sans frontières. Un Nouvel Ordre Mondial bafouant les principes de la démocratie, engendrant la lutte des classes et instrumentalisant les valeurs européennes. Pour Alain Soral, le monde n’a pour issue que « la gouvernance globale ou la révolte des nations ». Souvent attaqué, le livre ne fut jamais interdit. Ce qui n’empêcha pas une librairie de renvoyer un employé qui conseilla cet ouvrage à des clients. Pourtant, Comprendre l’Empire se plaça rapidement en tête des ventes des pamphlets et reste encore aujourd’hui l’un des essais les plus vendus en Europe.     

 

 

Le Racisme Anti-Blanc (2011)

 

34

D’Hervé Ryssen

Lorsqu’on évoque le racisme dans nos sociétés occidentales, on évoque toujours un seul sens. A savoir le bourreau raciste blanc et le pauvre immigré d’origine africaine victime de ce racisme. Or, quand un blanc est agressé par un immigré, on ne parle pas « d’acte de violence raciste » mais de « fait divers ». Pourtant, les chiffres sont là. Le racisme anti-blanc est le plus développé en France et paradoxalement le plus ignoré. Chaque année en France, des milliers d’agression physiques, des centaines de viols et des dizaines de meurtres sont commis pas des immigrés sur des femmes et des hommes blancs sans que nos dirigeants n’élèvent la moindre protestation. Avec ce nouveau livre, Hervé Ryssen expose un fait occulté d’une terrible actualité. Comme à son habitude, l’auteur se base  uniquement sur des faits spécifiques et établis. 

 

Dialogues Désaccordés (2013)

 

35

D’Eric Naulleau et Alain Soral

Ce livre est en fait un compte rendu de longues discussions par mail entre le chroniqueur Eric Naulleau et l’essayiste subversif Alain Soral. Les débats tournent autour de l’affaire DSK, du Front National, du mariage pour tous, du révisionnisme, de la liberté d’expression, de l’affaire Méric, de la religion et du Nouvel Ordre Mondial. Les deux intellectuels bataillent dur et se rendent coups pour coups, les échanges étant parfois très agressifs. Le livre se vendra bien et rencontrera un très grand succès. Une fois n’est pas coutume, un livre avec Alain Soral pour auteur sera distribué dans des espaces culturels officiels. Pourtant, le milliardaire Pierre Bergé n’appréciera pas certains propos cités à son encontre. Il demandera la censure de l’ouvrage dans un premier temps, mais face au refus des auteurs de modifier le contenu, il réclamera l’interdiction. Il obtiendra gain de cause. Depuis le 11/03/2016, le livre est donc officiellement interdit et quasi-introuvable à la vente.  

 

Supra-Négritude (2013)

 

35,5

De Kemi Seba

Le dissident panafricain Kemi Seba surveillé en France par les services anti-terroriste et la DCRI rédige ici une œuvre dont le but est de faire comprendre l’essence réelle de son combat. Il évoque ici son parcours et la tradition africaine, puis dresse un portrait de la société moderne tout en dénonçant le mondialisme et le problème identitaire des immigrés africains en Europe. Loin des discours officiels des lobbies antiracistes, Kemi Seba veut relever l’Afrique, sa culture et son peuple. Le livre sera très controversé de facto avec la personnalité de Kemi Seba.   

 

 

 

Mon Holocauste (2014)

 

36

De Tova Reich

Ce livre humoristique et satirique raconte l’histoire de la famille Messer, une famille juive vivant par et pour l’Holocauste. Tous font leur affaire sur l’Holocauste, dirigeant des musées et commercialisant des slogans. Chez les Messer, l’Holocauste est une industrie lucrative. Mais tout bascule le jour où la fille de la famille se convertit au catholicisme. A travers cet ouvrage, Tova Reich, écrivaine juive américaine, moque et dénonce la place de la mémoire de l’Holocauste dans la société moderne. Elle est devenue un objet de culte, commercialisé et sur lequel certains juifs basent toute leur identité. Si le livre sera salué par une bonne partie de la critique et qu’il rencontra un grand succès, il déclencha également un énorme scandale.  

 

 

Les Milliards d’Israël (2014)

 

37

D’Hervé Ryssen

Sous titré, « Escrocs juifs et financiers internationaux » mais également « Comment prendre l’argent dans la poche des goys », cet ouvrage qui est à ce jour le dernier du très sulfureux Hervé Ryssen, s’attaque à un très gros sujet. Ici l’auteur, comme toujours, ne fait qu’exposer des faits et des affaires clairement établis. En l’occurrence, les plus grosses escroqueries des deux derniers siècles (comme par exemple celle de la Taxe Carbonne). Il cite alors les grands escrocs, possédant souvent la nationalité franco-israélienne. Ryssen évoque ici des faits qui font passer les affaires cités dans La Mafia Juive comme dépassés. Bien qu’il souligne clairement que tous les escrocs ne sont pas juifs et que tous les juifs ne sont pas des escrocs, l’auteur démontre que les plus grands escrocs appartiennent à cette communauté et jouent de ce fait du protectionnisme de l’état d’Israël qui n’extrade pas ses ressortissants. La LICRA attaquera le livre en justice. Là encore, les faits cités étant clairement établis, le livre se révélera inattaquable sur le fond.  La LICRA attaquera alors la couverture qu’elle jugera antisémite. Hervé Ryssen sera condamné à deux mois de prison ferme.  

 

 

Le Suicide Français (2014)

 

38

D’Eric Zemmour

Ce livre aurait très bien pu s’appeler « Meurtre Français » ou tout simplement « Mort française ». Eric Zemmour remonte ici à la France « mai 68 » et des années 70. Il démontre qu’à partir de cette période, les dirigeants français ont abandonné les valeurs du pays et n’ont plus assuré aucun contrôle. Zemour illustre ici la décomposition des mœurs de la société française. Chute de la famille, de la culture et de la patrie qui ont mené à la chute du social et de l’économie. Une souveraineté populaire sacrifiée, menant à la destruction lente, progressive et douloureuse du pays. A sa sortie le livre connaîtra un énorme succès mais fera polémique, notamment en raison de certains passages sur la France de Vichy et de la position de l’auteur face à l’immigration de masse et à l’Islam.

 

 

Soumission (2015)

 

39

De Michel Houellebecq

Ce roman de Houellebecq fut au cœur des débats au début de l’année 2015. Avant même sa sortie, le livre faisait polémique au vu du sujet qu’il traitait. L’histoire d’une élection présidentielle en France en 2022 qui voit élire un président d’origine tunisienne et musulman. C’est un vrai bouleversement pour la France qui voit changer son quotidien. Préjugé comme un ouvrage antimusulman, Soumission porte en fait un regard critique sur une société française en perte de valeurs et trouvant à travers l’Islam de nouvelles bases et un nouveau cadre religieux. L’actualité du livre fut marquée par les attentats de Charlie Hebdo. Interprété de plusieurs façons, Soumission rencontra un énorme succès.