Catégorie : Documentaire

Sujet : Les documentaires les plus scandaleux, polémiques, subversifs et controversés de l’histoire.

Analyse Critique :

Sur E-Pôle-Art, nous avons récemment abordé les films à scandales, polémiques et subversifs de l’histoire du cinéma. Si le cinéma peut se révéler transgressif et politiquement incorrect, il aura toujours la distanciation marqué par la fiction.

Le documentaire reste sans conteste et de loin, le format le plus subversif, car il permet d’aller directement au sujet concerné. De plus, le cinéma garde toujours plus ou moins en tête l’idée de divertir, là ou le documentaire n’a pour seul but que de poser sa théorie ou de critiquer férocement.

Des documentaires polémiques, il y’en a eu ; sur des sujets tabous, particulièrement sensibles et parfois mêmes interdits. Je vous propose une liste de documentaires subversifs qui ont levé les polémiques où se sont vus carrément censurés et même interdits.       

Le Triomphe de la Volonté (1935)

 

1

Le Triomphe de la Volonté reste probablement le film le plus célèbre de la propagande nazie. Il retrace le congrès du parti National-socialiste allemand réuni dans le stade de Nuremberg en 1934. La célèbre réalisatrice Leni Riefenstahl réalise là un film très spectaculaire qui est le fruit de 30 caméras fixées sur des rails et des aéroplanes et 61 heures de pellicule. Evidemment toute la puissance du Troisième Reich est ici mise en avant. A sa sortie, le film remportera beaucoup de grands prix mais sera interdit dans plusieurs pays pour son apologie du national-socialisme allemand.

 

 

1974, une partie de campagne (1974)

 

2

Un documentaire qui a fini par devenir culte et légendaire en France. Il s’agit d’un film réalisé par Raymond Depardon sur la campagne de Valéry Giscard d’Estaing pour l’élection présidentielle de 1974 et qui fut commandé par le futur président. Rien de subversif alors, jusqu’au moment où la sortie du documentaire est annulée par Giscard d’Estaing lui-même, visiblement peu satisfait de certaines images compromettantes. Depardon tente de sortir le film en 1979 et le président engage une action judiciaire pour empêcher cette sortie. 1974, une partie de campagne n’apparaîtra sur les écrans qu’en 2002 près de 30 plus tard ayant au final perdu son aura subversive.    

 

Charles Manson Superstar (1989)

 

3

Avec un titre pareil, le côté polémique est assuré ! Le sujet est évidemment houleux puisqu’il traite du tueur qui a traumatisé l’Amérique. Mais surtout, Nikolas Schreck, le réalisateur, ne veut pas se contenter d’une biographie. Tout le film est menée par une interview de Charles Manson lui-même à la prison de San Quentin. Le personnage s’exprime et parvient même à être charismatique. Un docu choc et polémique donc qui est devenu extrêmement culte aux USA et semble même avoir ravivé un certain intérêt pour le personnage de Manson.  

 

 

 

Roger et Moi (1989)

 

4Premier documentaire du futur célèbre Michael Moore qui relate ici les drames de sa ville natale Flint. Il est question de la fermeture des usines de la General Motors qui générera une perte de 30 000 emplois dans la ville. Dénonçant la délocalisation au Mexique et le manque de mesures prises par le gouvernement, Moore tape fort avec ce documentaire engagé qui montre la chute d’une ville américaine. Moore a mis tout ce qu’il possédait dans ce film polémique et controversé remettant en cause l’idéologie libérale des USA. A l’époque il devient le plus gros succès jamais connu pour un documentaire.      

 

 

The Truth Behind the Gates of Auschwitz (1992)

 

5

The Truth Behind the Gates of Auschwitz, aujourd’hui considéré comme documentaire, n’était à la base que le premier épisode d’une série consacrée aux anciens camps nazis de l’Europe de l’Est. David Cole réalisateur américain de confession juive dût cependant cesser son périple à ce premier opus face aux pressions énormes qu’il subissait. Pourquoi ? Tout simplement parce que The Truth Behind the Gates of Auschwitz opère dans la zone interdite du révisionnisme. Le documentaire met en avant les théories remettant en cause l’existence des camps d’extermination nazis et plus précisément des chambres à gaz homicides. Cole se rend alors à Auschwitz interrogeant les guides, le directeur et les historiens, souvent désarçonnés par ses questions. Faisant entre autres office des manipulations présentées aux touristes qui visitent les lieux, The Truth Behind the Gates of Auschwitz déclenche un véritable tôlé. La judéité de Cole ne le sauvera pas. Suite à ce film, il sera persécuté. Lui et sa famille seront victimes d’agressions violentes et physiques de la LDJ américaine.  The Truth Behind the Gates of Auschwitz est aujourd’hui un documentaire interdit.      

 La Vengeance des juifs après la seconde guerre Mondiale (1995)

 

6On parle énormément des crimes nazis de la seconde guerre mondiale mais très peu de ceux commis par certains juifs suite à cette période. C’est ce que se propose de faire ce documentaire choc qui revient sur des commandos vengeurs de juifs qui assassinèrent certains anciens membres de l’armée allemande et qui faillirent réussir à empoisonner toute une ville entière en Allemagne. On y trouve pas mal d’images d’archives et les témoignages des anciens assassins ou complices. Peu diffusé ce documentaire reste assez confidentiel.

Le Bombardement de Dresde (1997)

 

7

Tout comme le documentaire cité précédemment, celui-là va à contre courant de l’histoire enseignée en mettant en avant non pas les crimes de guerres commis par l’Allemagne Nazie, mais bien ceux commis par les alliés. A ce titre le bombardement de Dresde reste l’un des plus célèbres. Interviews d’historiens et images d’archives se succèdent pour montrer l’horreur de Dresde. Un docu choc qui nous rappelle qu’à la guerre le vainqueur n’a pas de leçons de morale à donner aux vaincus.

     

Serial Killer : Les vrais Hannibal Lecters (2001)

 

8

Documentaire choc également sur les tueurs en série qui ont marqué l’histoire. Ce film se penche plus généralement sur les cas d’Albert Fish, Jeffrey Dahmer, Ted Bundy, Andreï Chikatilo et John Wayne Gacy. Entretenant une ambiance malsaine, ce documentaire propose également des images chocs et les interviews de profilers et psychanalystes. Il fait ainsi part du parcours de ces sérials killers de leur profil et surtout de la fascination qu’ils déclenchent. Une œuvre sordide et percutante.

 

 

 

Fahrenheit 9/11 (2004)

 

9

Le documentaire le plus culte de Michael Moore qui fut couronné d’une Palme d’Or à Cannes. Malgré tout, le film est très transgressif et dénonce notamment la façon dont l’administration Bush a géré et exploité les attentats du 11 septembre. Il dresse également une critique acerbe de la guerre en Irak et des exactions commises sur la population. Véritable brûlot contre le gouvernement de Bush, Fahrenheit 9/11 génère des taux record de recettes. Cela dit, avec les années qui passent, on réalise à quel point ce film est en deçà de sa réputation et qu’il n’a sans doute pas exploité son sujet en profondeur d’où son accueil critique particulièrement chaleureux malgré des polémiques.

 

 

11 septembre vérité et complots (2006)

 

10

Un des nombreux documentaires du net sur les attentats du 11 septembre. Episode de Loose Change réalisé par Dylan Avery, ce documentaire conteste la thèse officielle de cet évènement et évoque également l’idée d’un complot à l’origine de ce drame. Il pose aussi des questions sur les incohérences relevées concernant la version officielle des évènements. Assez amateur parfois dans sa réalisation, il n’en reste pas moins un brûlot qui a fait un véritable buzz sur le net. 

 

 

America from freedom to fascism (2006)

 

11

Ce film retrace une histoire peu flatteuse des Etats Unis du début du XXème siècle à celui du XXIème. America from Freedom to Fascism (« De la liberté au fascisme »), montre comment le pouvoir bancaire a su prendre les reines de la politique du pays, pour aller vers une doctrine ultra-libérale et dictatoriale où le consumérisme règne en maître. Il tire un constat sur toutes les crises financières et sociales de l’histoire des Etats Unis, et pointe du doigt les tenants de la réserve fédérale et le pouvoir bancaire. Une terrible critique de l’économie américaine et de sa politique libérale.  

 

 

Occupation 101 : Voice of the silenced majority (2006)

 

12

Documentaire particulièrement controversé qui eut d’ailleurs plusieurs ennuis aux USA, Occupation 101 dénonce l’occupation israélienne de la Palestine et la politique criminelle de cet état crée en 1948. Il revient sur l’histoire de l’arrivée du sionisme en Palestine et les premiers crimes commis par ce mouvement politique, l’occupation illégale des territoires et la colonisation violant le droit international. Le film revient également sur les horreurs commises chaque jour par Tsahal sur la population civile palestinienne et alterne entre images chocs et témoignages poignants. Un vrai brûlot contre la politique impérialiste d’Israël.  

 

 

 

Sicko (2007)

 

13

Avec Sicko, Michael Moore revient en force en s’en prenant cette fois au système de santé américain. Il démontre à quel point il s’agit là d’une véritable industrie bâtie sur la vie des gens. Il dénonce ainsi la privatisation et par la même la libéralisation du système de santé aux Etats Unis s’en prenant notamment au gouvernement en place. Ne pouvant attaquer Moore sur les faits, on l’accuse d’avoir bravé l’embargo de Cuba en emmenant des secouristes sur les lieux. Il fera ainsi l’objet d’une enquête par le FBI. 

 

 

 

ZERO, Enquête sur le 11 septembre (2007)

 

14

Réalisé par le député européen Giulietto Chiesa, c’est probablement l’un des documentaires les plus réussis sur le 11 septembre. Faisant intervenir des spécialistes (scientifiques, pilotes, écrivains, anciens officiers de l’armée ou membres de la CIA et du FBI), ZERO, enquête sur le 11 septembre s’appuie sur des arguments techniques, scientifiques pour mettre en avant les incohérences majeures de la thèse officielle des attentats du 11 septembre. Montrant les manipulations utilisées par le gouvernement américain, le documentaire ne craint pas d’aller très loin. Il obtiendra beaucoup de succès en Italie, son pays d’origine. Mais il sera censuré dans beaucoup d'autres et particulièrement controversé.  

 

Les américains ont planifié eux-mêmes les attentas du 11/09 (2009)

 

15Quand on sous entend que la thèse officielle du 11 septembre ne tient pas, on en arrive à la logique que c’est le gouvernement américain lui-même qui a planifié ces attentats. Pour se faire, ce documentaire s’appuie sur plusieurs faits. Notamment concernant les services secrets américains qui n’auraient pas pu ne pas être au courant pour cette attaque, tout prouve au contraire qu’ils savaient. Mais plusieurs documents et faits attestent également d’une vraie planification de ces attentats meurtriers. Ce documentaire que certains diront adeptes des théories du complot fut diffusé sur la chaîne Arte, malgré son sujet polémique.

 

Defamation (2009)

 

16Véritable bombe subversive à sa sortie, ce documentaire réalisé par l’israélien Yoav Shamir a déclenché une vive polémique dépassant les limites de l’Etat hébreu. En tant qu’israélien, Shamir démontre à quel point l’antisémitisme est devenu un épouvantail. Démontant avec brio le mythe d’un « nouvel antisémitisme » en pleine expansion, il prouve au contraire qu’il s’agit là d’une manipulation orchestrée par les lobbies israéliens qui diffusent la phobie d’un antisémitisme fictif pour endoctriner ses citoyens. Il met également en avant la politique identitaire juive qui se base sur l’Holocauste créant ainsi chez les israéliens une obsession victimaire et une paranoïa. Véritable brûlot censuré dans de nombreux pays, il fut cependant encensé par plusieurs intellectuels.    

 

Torture made in USA (2010)

 

17

Ce documentaire particulièrement choc retrace les exactions commises en Irak dans la tristement célèbre prison d’Abou Ghraib. Il démontre à quel point les tortures infligés aux prisonniers n’étaient pas le fait de « brebis galeuses » comme tentèrent de le faire croire l‘armée américaine, mais bien une stratégie orchestrée par le gouvernement des Etats Unis pour terroriser la population et assouvir sa domination impérialiste sur le Moyen-Orient par la violence. Interview et images chocs se succèdent dans ce documentaire qui fait froid dans le dos.  

 

 

 

L'imposture de la Lune (2011)

 

18Au moins 20% des américains n’y croiraient plus. L’homme a-t-il marché sur la Lune ? C’est la question que se pose ce documentaire. La plupart des intervenants estiment que les voyages sur la Lune sont une supercherie destinée à des fins politiques. Ils s’appuient pour cela sur des arguments scientifiques et des photos de ces « voyages lunaires ». Thèse très tabou que ce documentaire illustre à merveille.     

 

 

Un Homme : Robert Faurisson (2011)

 

19

Documentaire qui n’hésite pas à braver la loi Gayssot interdisant de réviser les conclusions du Tribunal de Nuremberg. Paul Eric Blanrue filme celui qui est considéré comme « le pape du révisionnisme » le professeur Robert Faurisson. Ce dernier raconte avant tout son parcours, notamment son enfance sous la guerre, son entrée en tant que professeur à l’université Lyon 2, sa rencontre avec Paul Rassinier et ses premiers pas dans le révisionnisme. La façon avec laquelle il a obtenu en 1979 les plans d’Auschwitz que l’on prétendait perdus (et qu’il analyse devant caméra), les persécutions dont il a été victime depuis la mise en avant de ses thèses contestant l’existence des chambres à gaz homicides, la perte de son emploi, les poursuites judiciaires et aussi les agressions dont il fut victime et dont une faillit lui coûter la vie. L’homme derrière la légende, le documentaire fut interdit en vertu de la loi Gayssot, mais les associations n’osèrent pas dans un premier temps l’attaquer en justice, de peur de faire de la pub au film. Cependant face au succès du documentaire sur le net, ils décidèrent de faire un procès à Robert Faurisson et à Paul-Eric Blanrue en 2015        

La Stratégie du choc (2012)

 

20

Tiré du célèbre livre éponyme de Naomi Klein, La Stratégie du Choc rend compte d’un « capitalisme du désastre » qui profite de n’importe quel choc mondial : guerre, coup d’état, catastrophe naturelle, attaque terroriste, pour l’exploiter et imposer dans une période de trouble et de chaos les idées ultralibérales qui ne passeraient pas en temps normal. Pointant du doigt les tenants de cette mouvance, le film se veut très documenté en s’appuyant sur des images d’archives et une conférence de Naomi Klein.  

 

 

 

American Radical : les procès de Norman Finkelstein (2012)

 

21

Biographie du très controversé professeur Finkelstein, intellectuel juif fils de déportés qui, depuis sa jeunesse, milite contre la politique israélienne et le sionisme. Ce documentaire retrace donc sa vie nous permettant de voir d’où viennent ses convictions. Il permet également à Norman Finkelstein d’exposer ses thèses sur la politique criminelle et terroriste de l’Etat d’Israël et sur l’exploitation de l’Holocauste comme idéologie politique et industrie commerciale. Ce documentaire revient également sur les persécutions subi par l’universitaire pour ses propos provocateurs et dérangeants.

 

 

Sexy Baby : A documentary about sexiness and the cyber age (2012)

 

22

Réalisé par la journaliste Jill Bauer et la photographe Ronna Gradus, ce documentaire rend compte de l’évolution de la sexualité dans la société à l’ère d’internet. Suivant les parcours d’une ancienne prostituée, d’une institutrice et d’une fillette de 12 ans, ce film nous montre comment l’industrie pornographique exploite les jeunes filles et comment le net sert de plateforme à tout ce trafic. 

 

 

Les réseaux de l’horreur (2012)

 

23

Un documentaire particulièrement dérangeant sur le sujet douloureux de la pédocriminalité. Le film rend d’abord compte des disparitions de jeunes filles en France par an (environ 20 000). La plupart sont enlevés par des réseaux pédocriminels qui les exploitent et les prostituent ensuite. Derrière ces réseaux pédophiles se trouvent des gens issus des milieux politiques, des milieux du show biz et de la franc-maçonnerie. Des réseaux d’où découlent la prostitution, le viol et le meurtre de jeunes enfants. Plus que des réseaux, le documentaire défend la thèse d’un réseau international de l’horreur.  

 

 

Outreau, L’autre Vérité (2013)

 

23

Affaire ultra-médiatisée, unanimement considérée comme l’un des plus grands scandales judiciaires de la dernière décennie, mais pas forcément pour les mêmes raisons. On a beaucoup dit et écrit sur l’affaire Outreau, que c’était un fiasco qui avait envoyé des innocents trois ans en prison. Et si en réalité la véritable injustice n’était pas là ? Si la justice n’avait pas été rendu aux vrais victimes ? Ce documentaire signé Serge Garde revient sur ce scandale judiciaire et montre une autre vision de l’affaire qui a tant défrayé la chronique. Critiquant l’injustice, les aberrations qui entourent l’affaire, Serge Garde montre non seulement une autre facette de cette affaire mais également à quel point elle fut la première à consolider le lien entre les médias et la justice. A sa sortie, le film fait evidemment polémique, faisant resurgir les démons du passé. Affaire judiciaire mais également affaire politique. Le documentaire démontre que l’affaire Outreau a laissé des victimes sur le carreau mais a également été instrumentalisé pour bousculer le pouvoir judiciaire et pour ballonner la parole des enfants dans la société.    

 

 

L’Oligarchie et le Sionisme: La supercherie Tribale (2013)

 

24

Premier opus de ce documentaire qui revient sur les origines du sionisme et démontre à quel point son emprise dépasse l’état d’Israël et compose même l’idéologie dominante du Nouvel Ordre Mondial et de l’oligarchie internationale et impérialiste qui ravage le monde. Le documentaire va loin en montrant à quel point les sionistes ont détourné plusieurs notions du judaïsme pour se l’approprier et reprendre à leurs comptes cette notion de peuple élu, qui permet de justifier leur politique envers le reste du monde. Le tout à travers des images d’archives et les commentaires  et points de vues différents de penseurs tels que Thierry Meyssan, Gilad Atzmon, Jacob Cohen, Shlomo Sand, Alain Soral, Rabbi Cohen, Rabbi Weiss, Rachid Benaïssa et Samba Diagne entre autres.

 

L’Oligarchie et le sionisme : La Déroute de la Mondialisation (2013)

 

25

Second opus toujours réalisé par la regrettée Béatrice Pignède. Continuité du premier épisode, le documentaire démontre cette fois-ci comment le sionisme et la Banque internationale sont liés. Quel est le projet mondialiste ? Plusieurs objectifs en réalité, comme détruire le Moyen Orient qui s’oppose au Nouvel Ordre Mondial et créer un monde consumériste servant les élites. Le sujet de la pédophilie dans les milieux politiques est également abordé. On retrouve là encore des tas d’intellectuels pour évoquer ce sujet.      

 

 

 

 

Main basse sur la Mémoire, Les pièges de la loi Gayssot (2013)

 

26

Autre documentaire de Béatrice Pignède, qui met cette fois en avant la très controversée Loi Gayssot qui interdit de remettre en cause la version officielle de la seconde guerre mondiale et de la Shoah sous peine de prison. Loi reconnu anticonstitutionnelle notamment par Badinter lui-même, elle fait ici l’objet d’un débat à travers les interviews d’intellectuels comme Norman Finkelstein, Robert Faurisson, Jacob Cohen, Jean Bricmont entre autres. Revenant également sur la peine de prison du révisionniste français Vincent Reynouard et de la pétition à laquelle elle a donné lieue pour tenter d’abroger la loi Gayssot. Ce documentaire démontre en quoi cette loi est incompatible avec les principes de la république et de la démocratie.  

 

Auschwitz la surprenante vérité occultée (2012)

 

27

Documentaire sur la thèse interdite du révisionnisme. Réalisé en Amérique, ce film tend à démontrer que les chambres à gaz homicides sont un mythe de propagande. Pour étayer sa thèse controversée, le film s’appuie sur des données techniques, scientifiques, des documents d’archives et des témoignages d’anciens déportés. Inutile de dire que ce documentaire a provoqué un tôlé aux USA ou il fit l’objet de pressions énormes. En France et en Europe, il a été interdit directement au nom des lois mémorielles. Cela dit, il existe sur le net une version traduite en français par le célèbre révisionniste condamné Vincent Reynouard. Un documentaire interdit !  

 

 

Sur les Pavés (2013)

 

28Ce documentaire se veut être une réponse au reportage Antifas : Chasseurs de Skins. Ici nous suivons donc les traces du sulfureux Serge Ayoub, ancien skin membre fondateur du mouvement nationaliste « Troisième Voie » et des JNR. Celui-ci raconte son parcours et comment tout son mouvement s’est fondé et développé. Il y raconte également son expérience de la rue en tant que skin. Alors que le documentaire Antifas : Chasseurs de skins sera édité et distribué à la FNAC, Sur les Pavés sera tout bonnement interdit et ne recevra aucun visa d’exploitation.

 

 

 

The light bulb conspirancy-The planned obsolescence (2013)

 

29

L’obsolescence programmée est mise en avant dans ce documentaire nous montrant les dessous de diverses industries comme par exemple celle du numérique, du ménager ou de la téléphonie mobile. Des industries qui commercialisent des produits dont l’obsolescence est programmée à court terme. Voyage au cœur d’un système de société de consommation poussant sans cesse à acheter.

 

 

 

 

Adolf Hitler The Greatest Story Never Told (2013)

 

30

Que penseriez-vous si l’on vous disait qu’Hitler n’est pas responsable de la seconde guerre mondiale ? Que les camps d’exterminations n’ont jamais existé ? Que le Führer n’avait pas l’intention d’envahir la Pologne mais de défendre les minorités germanophones qui y étaient massacrées ? Qu’il fut contraint pas l’URSS, qui menaçait d’attaquer l’Europe, de briser le pacte germano-soviétique ? Qu’il a réalisé un miracle économique sans pareil en redressant l’Allemagne d’après Guerre ? Que pendant la seconde guerre, les plus grands crimes ont été commis par les alliés et qu’Hitler a tout fait pour sauver l’Europe ? Ce sont les théories que soutient ce documentaire d’une durée de plus de six heures. Le film étaye sa thèse controversée en s’appuyant sur des discours, des images d’archives, des plans et des documents d’époques, des traités conclus, des témoignages et des interviews de spécialistes et historiens. Inutile de dire que ce documentaire fut particulièrement controversé et fit l’objet de censure aux USA et a été purement interdit en Europe. Pourtant, des sites d’historiens américains sans prendre le parti du film, en ont conseillé le visionnage pour avoir une autre vision de la vie d’Adolf Hitler, de l’Allemagne nazie et de la seconde guerre mondiale. Le documentaire tire également un constat sur l’Europe d’après guerre et actuelle et imagine une Europe après la victoire de l’Allemagne Nazie. Probablement le ou l’un des documentaires les plus polémiques jamais faits.  

Une autre histoire de l’Amérique (2014)

 

31

Une Autre Histoire de l’Amérique est une série documentaire en 10 épisodes qui a été proposée par Oliver Stone en 2014. Elle commence sur la seconde guerre mondiale et va jusqu’à la politique de Bush et d’Obama. Les mythes des USA en prennent donc pour leur grade. Stone révise l’histoire des Etats-Unis et démontre à quel point sa politique impérialiste a été criminelle au fil des décennies. Le tout s’appuie sur des images d’archives, des documents et des interviews.      

       

 

 

Voilà donc pour les documentaires à scandales, polémiques et subversifs. Je pércise qu'il s'agit ici de les présenter sans aucun parti pris ou opinion. Certes la liste n’est pas non plus exhaustive et peut être complété. Mais c'est déjà un bon aperçu !