0

 

Catégorie : Sketch Télévisé

Genre : Humour

Année : 2009

Public : Tous Publics

Durée : 11 épisodes

Nation : France

Réalisation: ?

Interprètes : Jean Marie Bigard

Sujet : Jean Marie Bigard revient sur les attentats du 11 septembre et en évoque les facettes troublantes à travers 11 épisodes. Des « passeports magiques » jusqu’au Patriot Act, en passant par l’effondrement des tours, la prison de Guantanamo, la guerre en Irak et même l’éprouvette de Colin Powell. Tout y passe avec humour.   

Analyse critique :

(Attention SPOILERS!)

Vous l’aurez remarqué, depuis quelque temps sur E-Pôle-Art, on est branché sur l’humour piquant et subversif. Notamment avec le travail de Dieudonné. Mais aujourd’hui dans ce registre là je vous propose quelque chose de nouveau et de totalement underground, Bigard : Le 11 Septembre

Soyons clairs et directs, je ne suis pas un grand fan de Jean Marie Bigard. Certes je lui ai toujours trouvé un côté assez sympathique et j’ai ri à certains de ses sketchs, évidemment on citera « la Chauve Souris », mais j’apprécie également « Les expressions » et « les films d’horreurs ».

Pour autant, force est de reconnaître que cet humoriste est devenu culte et qu’il fut entouré de polémiques concernant son langage ou ses sketchs sur la gente féminine.

1

Mais en 2008, l’humoriste se retrouve au cœur d’une vraie polémique. Sur Europe 1 à l’émission de Laurent Ruquier, Bigard conteste la version officielle du 11 septembre et soutient la théorie du complot. Dés le lendemain le verdict tombe. Les médias commencent un lynchage en règle de celui qui a osé profaner la version officielle du 11/09. Quelques jours plus tard Bigard se débine et affirme regretter ses propos et jure de ne plus en parler. Il faut croire qu’après cela, l’humoriste n’a pas dû se sentir droit dans ses bottes de ne pas assumer ses propos. On pensait que comme beaucoup d’autres, Bigard aller bel et bien tomber le pantalon pour préserver sa carrière avant tout.

Et pourtant, en 2009, l’humoriste, via le net, nous pond une série de onze vidéos traitant avec humour des attentats du 11/09 tout en la remettant une nouvelle fois en cause.

Bigard se lance donc dans un sujet houleux et dangereux, mais très riche. Ceux qui se sont penché sur le sujet savent que la version officielle des attentats du 11 septembre ne tient absolument pas la route et que les incohérences sont nombreuses. Et Bigard nous en donne quelques exemples avec humour.

2

La première vidéo est intitulée « Les passeports Magiques ». On découvre donc Bigard qui propose de nous parler de la version officielle du 11/09. Surgissent alors deux sbires du FBI venus intercepter l’humoriste. Ces deux personnages apparaîtront à chaque vidéo et Bigard trouvera toujours un moyen de les faire fuir ou de les occuper afin qu’il puisse exposer librement son exposé. Pour en revenir à cette première vidéo donc, l’artiste fait mention des passeports des pirates de l’air retrouvés comme par magie suite aux attentats. Un fut retrouvé tout à fait intact dans les décombres du World Trade Center, l’autre partiellement brûlé, mais « brûlé correctement » comme précise Bigard, aux alentours du Pentagone, alors que l’avion pour sa part s’est selon, la thèse officielle, « vaporisé ». L’artiste termine toujours par cette question « Est-ce que vous trouvez ça troublant ? »   

Il va ainsi enchaîner en abordant « Les Chasseurs américains », vidéo avec laquelle il revient sur le cas des pilotes de chasses américains censés décoller immédiatement quand un avion est détourné. Ici sur une période de 1H15 environ, l’aviation civile parviendra à faire atterrir près de 4500 avions ! Alors que comme le souligne Bigard « L’armée la plus puissante du monde » n’a pas été foutue de faire décoller un seul chasseur malgré le fait que plusieurs avions aient été détournées à des heures différentes. L’humoriste rappelle que les officiers responsables n’ont pas été punis mais bien au contraire promus ! Pas mal non ?

3

La troisième vidéo s’adresse au président Obama en lui demandant de lâcher une vidéo du Boeing 757 s’écrasant sur le Pentagone. L’humoriste rappelle que le Pentagone est l’endroit le plus surveillé au monde avec 86 caméras de surveillance (toutes confisquées par la FBI). Difficile donc de concevoir que l’avion n’est pas été filmé. Et pourtant dans la seule vidéo que le FBI a rendue publique en 2006, on voit bien une explosion mais pas un seul avion. Comme souligne Bigard, il serait pourtant intéressant de voir un Boeing 757 de 38 mètres d’envergure disparaître dans un trou de 4m50.     

Le quatrième épisode est « Monsieur Sylverstein », le propriétaire des tours du World Trade Center. Nous rappelant que ce dernier, venait de reprendre la propriété et avait contracté une police d’assurance lui garantissant 3,5 milliard de dollars en cas d’attaques terroristes. Bingo ! moins de 2 mois plus tard c’est le jackpot ! Sylverstein assurera même la reconstruction du site. Mais dans cette vidéo, l’humoriste rappelle surtout que le jour du 11 septembre 3 tours et non 2 se sont effondrés. On ne parle pas de la tour 7 qui s’effondra sans qu’un seul avion ne l’ait percuté. Il récite alors la fameuse phrase de Sylverstein au téléphone avec les pompiers qui déclara « pull it ».

4

La cinquième vidéo aborde le cas du président Bush à l’école. Ce dernier sembla en effet très peu troublé lorsqu’on lui annonça que « L’Amérique était attaqué »

Puis on a « Ben Laden en mobylette ». Ici Bigard rappelle que lorsqu’il avait fait scandale en disant qu’Al-Qaïda n’était pas responsable des attentats, il n’y aurait dû avoir aucune polémique. Tout simplement parce que le site officiel du FBI accuse Ben Laden de tout et n’importe quoi sauf du 11/09. Pourquoi ? La réponse est donnée par le FBI, Il n’y a aucunes preuves ! L’humoriste démontre ensuite que dans les jours qui ont suivi le drame, alors que le ciel américain et ses routes aériennes étaient bloqués, le seul avion qui eut l’autorisation de décoller fut celui qui ramenait Ben Laden et sa famille chez eux. Il évoque ensuite la traque du chef d’Al-Qaïda, qui parvint à échapper à l’armée américaine avec le Mollah Omar en moto ! L’humoriste évoque ensuite la guerre fait à l’Irak pour aller s’emparer d’armes de destructions massives qui on le sait aujourd’hui, et on le savait d’ailleurs déjà à l’époque, n’ont jamais existé. 

   

5

La septième vidéo revient sur l’effondrement des tours jumelles qui, en s’en tenant à la version officielle, défie toutes les lois de la nature et de la logique. L’humoriste rappelle là encore les réactions des scientifiques suite à l’évènement.

« Les Pirates de l’air » constitue le huitième épisode. Bigard aborde notamment le fait qu’une liste des 19 pirates de l’air fut établie en seulement 3 jours. Cette rapidité de traitement paraît assez peu crédible, quand on sait le temps qu’il faut en réalité au FBI pour pouvoir trouver les coupables dans certaines affaires criminelles. Problème, c’est que soudain, certains des « pirates » censés être morts dans ces attentats se manifesteront quelques jours après pour dire qu’ils n’étaient pas des pirates mais bel et bien des pilotes toujours en vie. La liste ne sera pourtant pas modifiée. Mais le plus drôle reste les témoignages de ceux qui ont fréquenté les pilotes jusqu’à la veille du drame. Mohammed Ata par exemple est décrit comme un alcoolique, cocaïnomane amateur de call girls. « Bref le profil typique du fanatique musulman » comme le souligne Bigard ironiquement. Sans compter que la veille de l’attentat, ce dernier faisait visiblement la fête tranquillement.

6

Dans la neuvième vidéo, l’avion de Chanceville est abordé. Il revient d’abord sur l’avion « vaporisé » du Pentagone. Certains tentèrent d’affirmer que des pièces retrouvés devant les lieux étaient des débris de l’avion. Pourtant aucune de ses pièces ne sera identifiée comme appartement à un 757. Revenant sur le cas du vol 93, il montre une fois encore une image montrant un trou de 6 mètres de long et trois mètres de large. L’avion s’est là encore vaporisé. Bigard compare avec le crash d’une navette en 2003 qui avait explosé à 67km de la terre mais avait laissé de nombreux débris identifiables. Il revient ensuite sur les fameux appels téléphoniques des passagers qui pour les tenants de la thèse officielle, constituent une preuve. L’humoriste rappelle que des appels de portables à une telle altitude n’ont aucune chance de passer. Il évoque aussi la conversation du passager qui appela sa mère et lui donna son nom et son prénom.

Le dixième épisode « Guantanamo » revient d’abord sur les tas d’options de vente trois jours avant le 11 septembre. Puis bien évidemment sur les méthodes de tortures de Guantanamo qui permettent d’obtenir les aveux les plus fantaisistes. Il termine par un détournement de la chanson Guantanamera avec « GUANTANAMO ! Mes vacances à Guantanamo ».

7

Dans le onzième et dernier épisode, l’humoriste fait le bilan et conclut qu’on peut rire de tout et qu’on a le droit de douter de la version officielle du 11 septembre.

On ne peut que saluer le travail de l’artiste. Premièrement après les polémiques qui se sont abattues sur lui après son interview sur Europe 1, il est bon de constater que Bigard n’a pas tombé le pantalon et s’est finalement montré très couillu. Cela mérite d’être souligné, car les humoristes avec des couilles, c’est une espèce en voie d’extinction.

C’est là un humour qui me parle vraiment et qui représente pour moi la véritable fonction de l’humour. A savoir traduire par le registre humoristique des débats trop tabous ou peu concevables sur le registre sérieux. L’humour sert à briser les tabous, et en l’occurrence, Bigard ouvre la voie au révisionnisme des attentats du 11 septembre. Et il le fait avec brio en abordant des points essentiels. Cela dit, pour les non-initiés, sachez que l’humoriste n’aborde ici que la face émergée de l’iceberg et qu’il y’a un pile d’autres arguments. On conseillera alors le travail de Thierry Meyssan entre autres et les nombreux documentaires américains  sur le sujet.  

8

Evidemment, le 11 septembre est un sujet tabou et c’est là qu’on voit le talent de l’humoriste qui parvient à faire rire sur un sujet quasi-interdit. C’est également un sujet de société. Selon un sondage réalisé en 2006, seul 16 % des américains croient que l’administration dit la vérité au sujet du 11 septembre. 53 % pensent que le gouvernement cache des choses à ce sujet et 29 % voient la version officielle comme une fable. Depuis lors, comme par hasard, peu de sondages ont été effectués. Mais on estime en moyenne qu’un américain sur deux ne croit plus à la thèse officielle du 11 septembre.  

D’ailleurs les vidéos de Bigard ont été sous-titrées en anglais et ont connu un certain succès outre atlantique. Evidemment ce n’est pas le genre de vidéos que vous verrez à la télé, tout passe par le net.

9

Depuis, je dois avouer que cet humoriste est largement remonté dans mon estime. Il aborde là encore un sujet grave mais alors qu’est ce qu’on se marre ! Franchement, c’est vraiment très bien fait.

On constatera que depuis, Jean Marie Bigard s’est fait de plus en plus rares sur les plateaux télévisés.  

On ne peut là encore que saluer son courage. Ce 11 septembre revu façon Bigard est absolument superbe et hilarant.

A voir absolument !

 

 

 

Note : 18/20