0

 

Catégorie : Littérature

Genre : Autobiographie

Année : 1970

Nombre de pages : 280

Nation : USA

Auteur : Jake Lamotta

Synopsis : la vie tumultueuse de Jake Lamotta alias « Raging Bull » (Le Taureau Enragé). De sa jeunesse délinquante dans le Bronx, en passant par son internement en maison de correction et ses débuts sur le ring, pour arriver à son ascension dans le milieu de la boxe professionnelle et son titre de champion du Monde des poids moyens. Mais aussi sa vie privée assez glauque et sa chute en tant que champion et humain. Un portrait coup de poing !

Analyse critique :

(Attention SPOILERS)

L’univers de la boxe a souvent réussi à inspirer la littérature ou le cinéma. En l’occurrence, ici je vous propose d’aborder le livre autobiographique du boxeur ex-champion des poids moyens, Jake Lamotta. Ce livre écrit en 1970, ressemble à un véritable réquisitoire pour le boxeur.

Pour le rédiger, Lamotta a fait appel à deux autres écrivains : Joseph Carter et Peter Savage qui l’ont donc coécrit avec le boxeur.

1

Ce livre suit la vie du « Taureau du Bronx ». Jake Lamotta est donc né dans le Bronx à New York dans une famille d’immigrés italiens. Dés son plus jeune âge, le jeune Jake doit faire face à la violence du ghetto. Un jour à l’école, il se fait salement tabasser par un autre élève qui en voulait à son déjeuner. De retour chez lui, le petit Jake fond en larmes dans les bras de sa mère mais se retrouve vite entre les mains de son père qui lui inflige une raclée pour s’être fait humilié par un autre élève. Son père lui promet une dérouillée encore pire s’il apprend que Jake s’est à nouveau fait battre et voler son déjeuner. Il lui donne même un pic à glace pour se défendre. Craignant la colère de son paternel, le jeune garçon ne va donc plus se laisser faire à la prochaine agression et se défendre à coups de pic à glace. Et c’est ainsi qu’il va survivre pendant sa scolarité devenant même une petite terreur. Cependant, un  jour d’une nouvelle altercation, Jake tend la main vers sa poche et réalise qu’il a oublié son pic à glace. Trop tard pour reculer, le jeune homme doit donc composer avec ses poings. C’est une révélation ! Il réalise soudain qu’il a un talent inné pour le pugilat à main nues et un sacré punch.

4

Par la suite vient l’adolescence. Le jeune Lamotta devient alors un voyou de la pire espèce qui s’en prend violemment aux passants de la rue pour prendre leur argent. Un jour, il apprend même la mort d’un Bookmaker du quartier qu’il avait agressé la veille. Ce fait lui rongera la conscience pendant des années (cependant après être devenu champion du monde des poids moyens, Lamotta découvrira que le Bookmaker en question avait seulement été entre la vie et la mort mais qu’il avait survécu et était bien vivant). Dans sa jeunesse délinquante, Il fait équipe avec un autre voyou nommé Pete Petrella. Entre les deux adolescents est née une vraie amitié. Tous deux remplissent parfois de sales boulots pour la Mafia italo-américaine du quartier. Mais à force de délits, et d’interpellations, le jeune Lamotta ne peut plus échapper à la maison de correction. Une étape très dure de sa vie. Sur place, il ne s’arrange pas vraiment. Son sale caractère le pousse à se servir de ses poings contre les autres internés qui le provoquent de même que les instructeurs. C’est cependant là bas qu’il va faire deux grandes rencontres. La première est celle avec le Père Joseph, aumônier de la maison de correction qui va être un vrai directeur de conscience pour Jake, aidant le jeune homme à se libérer de ses démons et à ne pas sombrer dans la criminalité. Mais il va surtout faire la rencontre avec le ring et le noble art. Durant son séjour, il passera son temps à s’entraîner pour finalement détrôner le champion de la maison. Une troisième rencontre assez importante est celle avec Rocky Graziano, lui aussi boxeur et futur champion du monde des moyens.

5

Sorti de la maison de correction, Jake pense s’engager dans la boxe en pro. Son ami Pete Petrella est cependant devenu un petit gangster et pense convertir Lamotta dans cette voie. Mais ce dernier restera fidèle à son principe et finira même par convaincre Petrella de se lancer une carrière de boxeur assez prometteuse mais au final éphémère. A contrario, Jake Lamotta semble déterminé à mener sa carrière à terme et il se fait une place sur les rings. Sa grande force de frappe, sa capacité incroyable à encaisser les coups, son endurance et sa détermination sur le ring font de lui un combattant redoutable qui terrasse la grande majorité de ses adversaires. De plus son style très offensif, bagarreur et au final spectaculaire et excitant, le rend très populaire aux yeux du public. Lamotta gravit les échelons en assommant des adversaires plus coriaces et plus talentueux les uns que les autres. Cependant, il ne semble pas avoir l’occasion de prendre la route du titre de champion du monde des poids moyens. Ce qui paraît étonnant au vu de ses performances sur le ring. Mais le monde de la boxe professionnelle est un univers corrompu. La Mafia a la main mise sur ce sport et un boxeur, aussi talentueux soit-il, doit traiter avec elle pour arriver au titre. Lamotta, en souvenir de son passé délinquant et de son séjour en maison de correction, refuse d’entretenir quelques liens qui soient avec la Mafia. Ce qui le met parfois dans une situation dangereuse dans son quartier. Suite à une bagarre avec des mafieux, son ami Pete reçoit une balle dans le bras. Mais sur le ring, Jake cartonne ! Il parvient dans un premier temps à tenir tête à l’étoile montante dont tout le monde parle : l’invaincu « Sugar » Ray Robinson. Lors du match retour réclamé par les fans, Lamotta parvient même à le battre, lui infligeant sa première défaite. C’est la naissance d’une des plus grandes rivalités de l’histoire de la boxe qui s’étirera sur 6 combats. Mais malgré ses talents évidents, Lamotta ne peut toujours pas boxer le champion des poids moyens Tony Zale. Le boxeur joue parfois de façon dangereuse avec son poids, jonglant des welters aux mi-lourds. Au final, il finit par accepter de traiter avec la Mafia pour atteindre la ceinture de champion.

6

Il accepte donc de se coucher pour un combat truqué. Mais Lamotta sera très mauvais acteur et tout le monde se rendra compte de la supercherie. La commission pensa même lui retirer sa licence de boxeur professionnel. Au final, il finit par s’en tirer à bon compte. Mais sa réputation en prit un sérieux coup. Cette affaire de combat truqué mettait en évidence ses liens avec la mafia. Les médias ne se priveront alors pas de ressortir le passé criminel de Lamotta. Ainsi toute la popularité qu’il avait pu obtenir va chuter. Désormais le boxeur montera sur le ring sous les hués de la foule qui le considère comme un voyou.

Entre temps cependant, il rencontre Vickie, qui deviendra son épouse. Cependant les choses dégénèrent. Lamotta est très possessif et d’une jalousie maladive. Il bat sa femme et finit même par  tabasser sauvagement son ami Pete Petrella qu’il soupçonnait de coucher avec Vickie.

8

Mais finalement, le boxeur arrive au combat tant attendu pour le titre des moyens. Depuis, le glorieux Tony Zale a été détrôné par le redoutable français Marcel Cerdan qui ne concédait qu’une seule défaite par disqualification. Le combat s’annonce comme un terrible choc, le « Taureau du Bronx » et « Le Bombardier Marocain » ayant tous deux un style très offensif basé sur leur grande force de frappe et leur rudesse incroyable. Bien que le combat ait lieue dans le pays de Lamotta, aux USA, la foule gardera ses acclamations pour le champion français et réservera des hués au challenger américain. Le combat est très intense. Dés le premier round les hommes vont au corps à corps. Lamotta parvient même à faire chuter Cerdan. A l’appel de la dixième reprise, le français reste assis dans son coin. Son équipe a décidé de jeter l’éponge. Lamotta devient alors champion du monde des poids moyens et parvient à conquérir le cœur de la foule. Plus tard, il sera dit que Cerdan s’était blessé au muscle du bras lors de son voyage au tapis. A ce sujet Lamotta, qui admirait et respectait le champion français, déclara « C’est possible. Je n’ai pas eu cette impression en encaissant des coups qu’il m’a filé pendant le combat ».

Lamotta parvient donc enfin au sommet et se lance dans la défense de son titre. Tout aurait dût bien aller pour le champion, mais rien n’ira. Sa relation avec sa femme Vickie est de plus en plus tendue. Il a de plus en plus de mal à tenir son poids. Il perd son sixième et ultime combat contre Robinson qui sera baptisé « le massacre de la Saint Valentin » (le combat avait en effet eu lieue à cette date).

9

Plus tard, Lamotta prend sa retraite et grossit de façon démesurée. Vickie finit par demander le divorce. L’ancien champion tente de se reconvertir en achetant un cabaret où il joue sur scène. Mais peu de temps après, il est accusé de viol sur une mineure et condamné à la prison ferme. Toute sa vie est détruite. Il réalise pourtant qu’il a quelque part été lui-même son propre ennemi.

Avec Raging Bull, nous avons donc droit à un portrait vraiment poignant de Jake Lamotta. Evidemment la vie du boxeur n’est pas tendre et de voir la façon dont il la raconte est vraiment incroyable. On découvre quelqu’un d’humain qui a un regard critique et tragique sur son passé.

Lamotta, grand champion, fut pendant longtemps conspué par le public et les medias qui le décrivaient comme un voyou. Le boxeur ne cache pas sa déception lorsqu’il fut le seul des adversaires de Sugar Ray Robinson à ne pas être invité lors de la cérémonie de retraite de ce dernier. Alors qu’il était le premier à avoir battu et envoyé au tapis Robinson et s’était révélé être son rival le plus acharné.

10

On peut donc dire que Raging Bull est aussi bien un cri de rage qu’un cri de tristesse et de remords. Lamotta ne nous épargne rien sur sa personnalité d’autre fois. Mais il faut aussi, je le pense, savoir prendre du recul. Le livre, ayant été écrit en collaboration avec Carter et Savage, est aussi romancé.

D’ailleurs, en parlant du style d’écriture, on peut dire qu’il est brut et direct, à l’image du style de boxe de Lamotta. Cela rend la lecture très vivante et très fluide, surtout avec Lamotta en tant que narrateur. Raging Bull fait partie de ses bouquins qui se lisent vraiment d’une traite. A ce niveau là donc rien à dire, c’est un livre très bien rédigé.

Du reste, Raging Bull est évidemment le portrait d’un homme, mais au final, c’est aussi un beau résumé de pas mal d’histoires de boxe. Le cas de Lamotta n’est pas unique. Mais Raging Bull permet également de resituer un contexte. En l’occurrence le ghetto du Bronx des années 20. Quelque part, le livre raconte aussi l’histoire des immigrés Italo-américains aux USA.    

11

Cependant, Raging Bull est avant tout l’histoire d’un homme en pleine autodestruction. Un homme qui au final a foutu en l’air tout ce qui aurait pu être beau et qui aujourd’hui veut rattraper le gâchis. Raging Bull s’apparente donc au livre de la rédemption pour son auteur. Jake Lamotta affirme désormais avoir un nouveau combat à mener, celui de sa vie. « D’accord j’ai touché le fond mais je m’en sortirai, je me battrai à nouveau, cette fois sans haine ni peur. Pas contre quelqu’un, simplement pour moi, je me battrai pour bâtir, non pour détruire. » déclare Lamotta en guise de conclusion.

Raging Bull est donc un récit très dense et humain. On ne cherche pas à y juger un homme. C’est un constat sur une vie loin d’être parfaite. Aujourd’hui son auteur pense avancer en réparant les erreurs du passé.

A sa sortie, Raging Bull fera parler de lui et remettra Jake Lamotta au goût du jour parmi les amateurs de boxe qui l’avaient quelque peu laissé de côté étant donné sa mauvaise réputation. L’acteur Robert De Niro sera fasciné par ce livre et parviendra à convaincre le réalisateur Martin Scorsese d’en livrer une adaptation qui sera un chef d’œuvre.

13

L’influence de Raging Bull se ressent encore. Il y’a environ un an, l’ancien champion du monde des poids lourds Mike Tyson, sortait lui aussi un livre qui pouvait rappeler celui de Lamotta (les deux boxeurs partagent d’ailleurs beaucoup de similitudes dans leurs parcours respectifs).

Bref Raging Bull est un livre poignant qui vous laisse littéralement KO, mais aussi plein d’espoir.

 

            

Note : 17/20